Castor_fond_jauneProfil

Parcours





Distance : 12,9 Km

Dénivelé : 475 m



Le programme

  • Départ en voiture à 7h45 (!! Attention heure d'été !!) de Soppe le haut devant le Foyer vers le parking près de la clinique Solisana à Guebwiller
  • Possibilité de rejoindre le convoi sur la D430 au rond point de la zone industrielle de Soultz (zone d'arrêt juste après le panneau de fin de voie rapide avant le rond point)
  • Départ de la marche à 8h40 vers les ruines du Hugstein, le Rimlishof, le Kohlgraben, l'abbaye de Murbach, la chapelle Notre Dame de Lorette (pause matinale), le col du Schrangen pour rejoindre Buhl et le "Caveau Au Soleil d'Or" où nous ferons la pause déjeuner
  • Retour à Guebwiller par le chemin des vignes, le Trottberg et l'Appenthal

IMGP0048IMGP0051IMGP0182

                                           Au château du Hugstein

IMGP0184IMGP0192IMGP0193

                                                                  Pause matinale

IMGP0068IMGP0074IMGP0082DSCN1978
         Vue sur Buhl                                  Abbaye de Murbach

IMGP0197IMGP0198IMGP0089

                     La montée du Chemin de Croix

IMGP0201IMGP0086IMGP0090

                                                   Chapelle Notre Dame de Lorette

IMGP0101IMGP0217

            Buhl                         Guebwiller et Soultz

Le compte-rendu

Pour certains d’entre nous RV était donné sur la place du village à Soppe-le-Haut.

Pour d’autres RV au rond point de la zone industrielle de Soultz.

Tous les 29 participants étaient à l’heure. Chantal s’est légèrement trompée de route, mais a finalement réussi à nous rejoindre au point de RV. Nous étions 29 au départ sur le parking situé vers la clinique Solisana de Guebwiller.

Un nouveau participant, Alain, nous a rallié pour cette balade et cinq classards ( classe 57 de Ungersheim) ont fait avec nous cette marche.

Départ de la marche en direction des ruines du Hugstein d’où nous avions une superbe vue sur Buhl.

Ensuite poursuite par le Rimlishof, le Kohlgraben. Nous avons même observé comment sauver les crapauds. En effet une personne était entrain de les collecter (quelques beaux spécimens dans un seau) le long des grillages de protection placés au bord de la route.

Nous faisons notre pause matinale juste avant d’amorcer la descente vers l’abbaye de Murbach. Heureusement car Eliane et Germain, qui sont venus nous rejoindre de Sondersdorf, étaient affamés ! !

Après une courte visite de l’Abbaye et une pause photos à la chapelle de Notre Dame de Lorette, nous franchissons le col du Schrangen pour rejoindre Buhl.

Au caveau « Au Soleil d’Or » nous faisons notre pause déjeuner avec un bon repas dominical mijoté par Christophe.

Le retour se fait par le chemin des vignes, le Trottberg et l’Appenthal. Nous profitons d’une vue splendide sur les hauteurs de Buhl/Guebwiller.

Pourtant il reste un mystère à élucider, les menhirs de l’Appenthal ? Obélix est-il passé par là ?

Toute la journée nous avons profité d’une météo clémente, juste quelques grêlons avant midi . Un temps idéal pour se balader sur des chemins un peu détrempés (suite aux pluies de la semaine )  mais agréable à pratiquer. Le groupe s’est séparé dans la bonne ambiance.

Et n’oublions pas d’adresser des félicitations à tous ces courageux marcheurs, qui se sont levés une heure plus tôt, heure d’été oblige (pas mal pour un dimanche).

Quelques infos culturelles

Château du Hugstein : L’histoire du château est indissociable de celle de l’abbaye de Murbach. C’est l’abbé de Murbach Hugues de Rothenburg qui en initie la construction et lui donne son nom en 1216, à son retour de Terre Sainte. La chapelle castrale, aujourd’hui disparue, fut consacrée en 1313. Au XVe siècle, des restaurations sont menées par Barthélémy d’Andlau, qui fut bien mal récompensé pour son œuvre puisqu’il mourut étranglé…par un chat ! Mis à mal par un conflit de succession en 1542, la foudre porta un coup fatal au Hugstein en 1598. Dès lors le château sert tour à tour de logement de fortune, de carrière mais aussi de prison pour enfermer des sorcières et des protestants. Les premières fouilles débutent en 1862/63 à l’initiative de Max de Ring.

Ancienne Abbaye de Murbach : Il ne subsiste qu’une petite partie de la première abbaye bénédictine d’Alsace. Le site est à découvrir de préférence le matin, lorsque le soleil illumine l’édifice. Le chevet est de style roman et demeure l’un des plus importants monuments de ce style dans l’espace rhénan. Une grande partie de la Haute Alsace est dominée durant dix siècles par la puissante abbaye de Murbach. Celle-ci fondée en 727 par St Pirmin, a été richement dotée par le comte Eberhart. Les premiers moines arrivent l’année suivante. Au IXe siècle elle est riche et célèbre. La communauté possède des biens dans plus de 200 localités, de Worms à Lucerne. L’abbaye, comme une partie de l’Alsace, fut saccagée en juillet 929 par des pillards descendants des Huns et sept moines furent massacrés au Mordfeld (près du Grand Ballon). Au XIIe siècle, pour assurer la protection des domaines, les abbés font construire des châteaux forts et fortifier certaines villes. L’abbaye devient ainsi une place féodale importante et l’une des plus puissantes du Saint Empire Romain Germanique.  Au XIIIe siècle, les abbés reçurent le titre de princes d’Empire. Au printemps de 1525 la révolte des paysans gronde et les religieux se réfugient à l’abbaye de Lure. En 1544, Charles Quint autorise le couvent à frapper la monnaie. Son atelier monétaire le fera jusqu’en 1666. La principauté de Murbach fut rattachée au royaume de France en 1680. A partir de cette date et jusqu'à la révolution, le roi de France influa à plusieurs reprises sur le choix de l’abbé. A la fin du XVIIe siècle, après la guerre de Trente Ans, les abbés décident de reconstruire leur abbaye. Mais le chantier est arrêté en 1703, faute d’argent. En 1759, les chanoines obtiennent leur transfert à Guebwiller. Ils récupèrent les pierres à Murbach pour construire à Guebwiller. C’est la fin, sans gloire d’une abbaye millénaire. Toutefois, Murbach manquant de paroisses, les abbés laissent aux fidèles le chœur et le transept. Le curé de Murbach Jean Thiébaut Mellecker est l’instigateur de la grande restauration du XIXe siècle qui sauve l’église de la ruine de 1860 à 1867.

Notre Dame de Lorette :  La première pierre de cette chapelle est posée le 30 mars 1693. Le 8 septembre suivant, la chapelle est bénie. Vendue comme bien national après la révolution, elle est achetée par des paroissiens. Notre Dame de Lorette est restaurée en 1946, grâce à un don d’une paroissienne de Buhl. Afin de retrouver son éclat d’origine, l’édifice religieux est rénové en 1996-1998.

Le chemin de croix :  C’est le curé de Murbach Mellecker qui pour parachever la restauration de l’abbaye fit construire ce chemin de croix en 1872. Il relie le chevet à N.D. de Lorette. Les statues sont l’œuvre des sculpteurs Barta et Ebert de Rouffach.